Inconvénients et critiques

décembre 18th, 2007 by admin Leave a reply »

Les accumulateurs électrochimiques de ces véhicules n’ont pas une durée de vie aussi longue que le véhicule lui-même, il faut donc changer ceux-ci une ou plusieurs fois avant le recyclage total du véhicule, ce qui entraine un surcout de maintenance et une obligation importante de recyclage pour le fabricant. Cependant, les marques proposant les systèmes hybrides comptent ceux-ci dans la garantie générale du véhicule.

Certains constructeurs ont avancé le fait que l’économie en carburant occasionnée par la technique hybride pour des véhicules à essence était proche de celle du passage de l’essence au diesel, et qu’elle n’était donc pas intéressante pour eux sur les marchés ayant fait le choix d’un fort taux d’utilisation de moteurs diesel comme l’Europe. Ce discours occultant l’impact supérieur des émissions de NOX des diesel, ces mêmes détracteurs projettent donc des hybrides diesel arguant de leur émission de CO2 inférieure. À titre d’exemple, on pourra comparer la quantité de CO2 rejetée par différents modèles vendus sur le marché français (données constructeur) :

Deux précisions : les prototypes Hybrides HDI développés par le groupe PSA, sur la base, justement, d’une Peugeot 307 et d’une Citroën C4, et présentés à la presse en 2006 rejettent 90 grammes de CO2 par kilomètre parcouru ; d’autre part, la Citroën C4 HDI 110ch a été choisie en exemple parce qu’elle présente l’un des meilleurs rapports performances / consommation de la catégorie des compactes diesel, notamment grâce à un rapport puissance / cylindrée élevé et à une faible traînée aérodynamique. La plupart des berlines diesel vendues en Europe rejettent plus de 140 grammes de CO2 par kilomètre parcouru.
Enfin, d’autres critiques notent que des 4×4 bien que hybrides restent néanmoins très énergivores comparés à des berlines… ce qui ne les empêche pas de bénéficier d’incitations fiscales dans des pays comme la France.

Selon Patrick Coroller, Directeur national Air et Transport de l’AdEME, les solutions hybrides ne sont pas pertinentes et ne soutiennent pas la comparaison par rapport aux dernières générations de véhicules purement électriques utilisant des batteries à haute capacité de stockage (allocution Dijon 4 mai 2006 – journée EDF) Les solutions d’hybride Essence et à plus forte raison Diesel ne seront pas adaptées aux marchés des prochaines décennies et sur un plan environnemental, seule la voie de l’hybride plug-in mérite un soutien à condition de maintenir une origine très majoritairement non polluante de l’électricité.

On peut cependant souligner les problèmes de recyclage des batteries d’une solution purement électrique ou purement hybride, ainsi que le problème de ressources qui se poserait si le nombre de véhicules devait être très élevé. Rappelons que près de 14 millions de véhicules (tous types confondus) se vendent chaque année en U.E..

( source Wikipédia )

Advertisement

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.